économie circulaire exemples

L’économie circulaire, de quoi s’agit-il ?

Par ci et là sur mon site, vous avez pu lire que Tata Samedi s’inspire de l’économie circulaire. Qu’est ce que ça veut dire ?

L’économie circulaire s’oppose à ce que l’on appelle l’économie linéaire, soit l’économie “classique”. Son but est de repenser et d’optimiser le cycle de vie d’un produit, de sa création à sa commercialisation, afin d’éviter le gâchis des ressources et donc de limiter l’impact environnemental. En gros, ça donne des produits éco-responsables car la gestion des ressources est réfléchie et optimisée.

Le modèle économique prédominant actuellement qui consiste à extraire, produire, consommer et jeter sera bientôt obsolète. Les matières premières étant surexploitées et se faisant de plus en plus rare, il faut revoir les ressources utilisées et en éviter le gaspillage. L’économie circulaire est donc pleine de sens pour l’avenir.

Pour voir et comprendre tous les tenants et aboutissants de l’économie circulaire, je vous renvoie à un article de l’ADEME très complet à ce sujet.

Une question d’emplois…

L’économie circulaire implique aussi la réaffection d’emplois aux activités qui gaspillent les ressourcent vers des “éco-activités” qui contribuent à les économiser : réparation, traitement des déchets, dépollution et biodiversité… Le passage à une économie circulaire est un travail d’une grande ampleur.

Un petit clin d’oeil…

Avez vous remarqué le signe infini dans le logo de Tata Samedi ? C’est parce que je me suis inspirée de l’économie circulaire que ce détail est présent : je récupère des produits en fin de vie pour les réincarner sous une autre forme.

So We Took The Challenge…

Fashion is always of the time in which you live. It is not something standing alone. But the grand problem, the most important problem, is to rejeuvenate women. To make women look young. Then their outlook changes. They feel more joyous.
– Coco Chanel

Internet technology such as online retailers and social media platforms have given way for trends to be identified, marketed and sold immediately. Styles and trends are easily conveyed online to attract the trendsetters. Posts on Instagram or Facebook can easily increase awareness about new trends in fashion which can create high demand for specific items or brands, new “buy now button” technology can link these styles with direct sales.

Quelques exemples d’entreprises de l’économie circulaire…

Chaussettes Orphelines est un bel exemple du modèle d’économie circulaire ! L’entreprise collecte des chaussettes partout en France qui sont ensuite filées en un nouveau fil 100% recyclé. Celui-ci sert ensuite de matière première pour la création de nouvelles chaussettes et de vêtements qui pourront, dans leur fin de vie, être eux-aussi collectés et recyclés. Et le tout passe entre les mains de travailleurs d’ateliers d’insertion. La boucle est bouclée.

Depuis 2008, Chaussettes Orpheline permet donc à vous et moi de recycler un petit vêtement qui finit souvent à la poubelle, car dépareillé, troué et difficilement donnable. Et si vous êtes en train de penser que vous avez dans vos placards des chaussettes esseulées qui aimeraient une seconde vie, vous pouvez les envoyer à Chaussettes Orpheline ou bien les déposer dans un de leurs points de collecte.

Nok Boards s’attaque au gaspillage dans l’industrie des sports de glisse en transformant des snowboards en fin de vie ou inutilisables pour les faire renaître en skateboards. En plus d’éviter la destruction très polluantes de produits composés en partie de matière première fossile, cette réincarnation permet d’apporter une innovation sur le marché du skateboard avec des planches à la structure très différente des skateboards classiques ! Et à chaque étape de la production d’un de leurs skates, Nok essaie d’utiliser les ressources les plus éco-responsables possibles. Un produit revalorisé n’est donc pas synonyme d’un produit de moins bonne qualité, Nok en est la preuve !

En décembre 2019, après 2 ans d’existence, nous parlons de plus de 600 snowboards qui ont été recyclés, ce qui a permis d’éviter la production de plus de 15 tonnes de CO2.

Cocomiette est une initiative qui vise à réduire le gaspillage dans l’industrie alimentaire, et en particulier celui du pain ! Les deux co-gérantes de Cocomiette ont eu l’idée originale de transformer les surplus de pain de boulangerie… en une bière délicieuse ! Leur production est artisanale et distribuée localement, avec deux brasseries installées à Grenoble et à Paris.

C’est une excellente idée pour réduire le gaspillage d’une denrée largement consommée et gaspillée en France.

 

D’autres initiatives à faire connaître ? Ajoutez-les en commentaires ! Ça m’intéresse beaucoup, ainsi que les autres lecteurs certainement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept + cinq =